Le plaignant a prétendu que la juge n'a pas présidé le procès de manière équitable, et qu'il n'a pas pu introduire une requête en nullité de procès pour cause d'inefficacité de ses avocats, parce que la juge a empêché ces derniers d'assister le plaignant.

webid-20150000

Le plaignant a prétendu que la juge n'a pas présidé le procès de manière équitable, et qu'il n'a pas pu introduire une requête en nullité de procès pour cause d'inefficacité de ses avocats, parce que la juge a empêché ces derniers d'assister le plaignant. Le plaignant a soutenu que la juge a seulement accepté des éléments de preuve utiles à la Couronne et qu'elle a refusé d'admettre d'autres éléments de preuve et de rappeler les témoins lorsque de nouveaux éléments de preuve à leur sujet ont été présentés, qu'elle a ignoré le fait que des témoins aient été contraints et que leurs droits aient été violés, et qu'elle n'a pas permis à ses avocats de lire ce qu'il avait écrit pour prouver qu'ils étaient inefficaces.

En réponse à la plainte, la juge a affirmé qu'elle n'a formulé aucune constatation selon laquelle les avocats du plaignant étaient inefficaces.

Le Conseil a déterminé que la juge a agi de manière appropriée en expliquant au plaignant quels étaient ses choix en matière de procédure et leurs conséquences, et en lui conseillant d'obtenir l'avis d'un autre avocat lorsque son propre avocat a été retiré du dossier temporairement. L'une des plus importantes fonctions d'un juge est d'évaluer la crédibilité et de tirer des conclusions de fait à propos de la preuve présentée. Le plaignant a été avisé que son opinion personnelle ou son désaccord avec les décisions de la juge ne constituent pas une preuve de partialité. Le fait d'être en désaccord avec l'exercice du pouvoir discrétionnaire d'un juge ou avec ses décisions n'est pas une question de conduite, et le dossier a été fermé.

Retour